Deux tapis de prière du Musée Bargoin

29 Septembre 2008, 22:37pm

Publié par AMA

Parmi les tapis de "la Collection" exposés à l’étage du musée Bargoin au département tapis/arts textiles, des tapis de prière invitent à la contemplation. Originaires de Perse (Iran) ou encore d’Anatolie (Turquie), les compositions, les motifs figuratifs ou stylisés, les formes curvilignes ou géométriques, les couleurs et les matières se répondent.


Les tapis de prière représentent une production significative du monde islamique. Ces tapis allient le pratique et le symbolique en isolant le musulman en prière du sol, considéré comme impur, et en orientant la prière du fidèle vers La Mecque. Les cinq prières quotidiennes, un des cinq piliers de l’Islam(1), sont des prières canoniques composées de formules sacramentelles, sourates du Coran, de gestes et de prosternations qui permettent de se ressourcer et de louer Dieu. Elles peuvent être accomplies là où le fidèle se trouve, sur un tapis ou un simple carton, le corps orienté vers la Kaaba.

Il existe de multiples compositions pour les tapis dits "de prière". Le point commun en est la représentation architecturale du Mihrab dans le champ du tapis qui induit un axe de vision privilégié (à la différence des tapis à médaillons pouvant être vus de tous les côtés). Cette reproduction de la niche décorée inscrite dans le mur qibla de chaque mosquée, mur orienté en direction de La Mecque, symbolise la porte vers l’au-delà, vers le Paradis. Portail du ciel, le Mihrab est un refuge, un lieu sacré qui accueille le fidèle, le met en communication avec le divin et le fait accéder à la connaissance. Durant la prière, le fidèle se lève, s’assied, s’agenouille dans l’arche, le front posé toujours au même endroit sur le sommet de l’arc et les mains appuyées aux angles.

Caractéristique de l’Anatolie depuis le XVe siècle, cette composition à niche architecturée a connu une large diffusion dans tout l’Orient entraînant de multiples variations selon les lieux et les époques. La forme du Mihrab, agrémenté ou non de colonnettes, la présence d’une lampe de mosquée (symbole de la lumière divine), de versets du Coran, d’aiguières servant pour les ablutions rituelles ou la représentation d’autres éléments évoquant le Paradis tels que l’arbre de vie, un vase de fleurs, ainsi que la manière dont ils sont figurés, sont autant d’éléments distinctifs permettant de reconnaître telle ou telle origine.

 

 

 

 

 

Tapis de prière Ghiordès, Anatolie (Turquie), fin XVIIIe siècle.

 

Ce Ghiordès présente une niche trapue et carrée en forme de merdivenli (à degrés) encadrée en partie haute et basse d’une "planche"  rectangulaire ornée de motifs stylisés. Sur le pourtour, une bordure çubukli composée de sept rangs ornés de motifs floraux stylisés symbolise les sept marches qui mènent au paradis. Ces éléments sont typiques de la production de la ville de Ghiordès dont le tapis est originaire. La tonalité verte fait allusion à la couleur du drapeau de l’Islam, emblème du Salut pour tout musulman.

 

Tapis

 

de prière Heriz, Perse (Iran), fin XVIIIe siècle (prêt, collection privée).

 

Ce Heriz composé de la succession d’une multitude de nœuds en soie constituant le velours du tapis propose un décor curviligne figuratif, à la différence du Ghiordès aux formes beaucoup plus géométriques et stylisées. La niche finement découpée, comme bordée d’une dentelle, repose ici sur de fines colonnettes. Une lampe de mosquée très détaillée se détache sur le champ d’un bel orange brillant contrastant avec le bleu nuit de la partie supérieure.

 

 

(1) Les cinq piliers de l’Islam sont constitués de la profession de foi Chahada,c’est-à-dire l'attestation de foi de la croyance en Dieu et de la prophétie de Mahomet (témoigner "qu'il n'y a d'autre dieu que Dieu et que Mouhammad est le Messager de Dieu"), la prière (Salat), le jeûne pendant le mois de Ramadan, l’impôt annuel ou aumône (Zakat) et le pèlerinage à La Mecque (Hajj).

 

 

 


 

   Bibliographie sélective

 

ANQUETIL Jacques, Le grand guide du tapis, Hachette, Paris, 1994.

HUYGHE Edith et François-Bernard, Les routes du tapis, collection découvertes Gallimard – Arts, Gallimard, Paris, 2004.

MILANESI Enza (dir.), Les tapis. Tous les styles des origines à nos jours, éditions Solar, Paris, 1993.

Dictionnaire de l’Islam, religion et civilisation, Encyclopedia Universalis, Albin Michel, Paris, 1997.