Auguste Ricard (1786-1858), de Montferrand à Saint-Petersbourg

25 Mars 2008, 19:23pm

Publié par AMA

Ricard de Montferrand est plutôt méconnu en France et en Auvergne, alors même que c'est à cause de ses origines familiales qu'il a pris ce nom de Montferrand qu'il a "immortalisé", selon le mot du tsar Nicolas Ier.

A travers sa famille montferrandaise, notamment son grand-père Ligier Ricard maçon-entrepreneur-architecte des intendants d'Auvergne, c'est la vie de la cité après son rattachement à Clermont en 1730, que nous découvrons, rythmée par les casernes des régiments de cavalerie.
Mais, Ricard de Montferrand est un personnage extraordinaire au destin exceptionnel. Elève de Percier et Fontaine à Paris, il arrive en Russie en 1816 avec une simple lettre de recommandation. Deux ans après, il sera choisi par Alexandre Ier pour reconstruire la cathédrale Saint-Isaac. Ce sera l'oeuvre de 40 ans de vie. Travailleur acharné, voyageur à travers l'Europe pour trouver les hommes et les matériaux nécessaires à la construction et à la décoration, collectionneur éclairé de sculptures antiques et de majoliques notamment, A. Ricard de Montferrand va nous laisser des livres d'architecture publiés en Russie et en France nous décrivant ses principales œuvres. Il côtoiera les grands et fera de l'Ambassade de France à Saint-Pétersbourg sa petite patrie. Il y connaîtra deux ambassadeurs ayant des attaches particulières avec l'Auvergne, Barante et le duc de Morny.

 

Avant de découvrir in-situ, à Saint-Petersbourg, les réalisations Auguste Ricard-de-Montferrand mort en 1858, l’AM’A invitait Alain GIBERT de l’association « Montferrand Renaissance » pour une conférence le 1er avril 2008.