Dedans/dehors : sculpture à fondre

5 Juillet 2013, 22:26pm

Publié par AMA

A l'occasion de deux sorties "dedans/dehors", l'AM'A proposait à ses adhérents de redécouvir un sculpteur/ciseleur dont, bien souvent, ils ne connaissaient que le nom, mais aussi le métier de fondeur d'art.
 
Le matin, nous visitions les ateliers de l'entreprise "Fusionssitués à Charbonnières-les-Vieilles. Cette société collabore avec des artistes du monde entier, célèbres ou moins connus. Les ouvriers d'art ont tous eu à coeur de mieux nous faire comprendre les différentes étapes amenant à la réalisation d'une sculpture en bronze ou en fonte d'aluminium, selon la technique de la cire-perdue.
 
fusions1Tout commence dans l'atelier de moulage. L'artiste fournit une oeuvre en terre cuite ou dans tout autre matériaux de son goût, plâtre, bois, papier...voire chocolat. Après préparation, les ouvriers vont réalisés plusieurs moules en élastomère afin d'avoir les images "en négatif" de chacune des parties de la sculpture originale.
 
Ces moules, qui peuvent être réutilisés une douzaine de fois, sont ensuite enduits de deux couches de cires colorées. Après démoulages et assemblage des cires, la sculpture se retrouve de nouveau "en positif", c'est le modèle.

hippo 

 

Autrefois en chocolat et désormais en cire, cet hippopotame de Patrick Roger sera bientôt en bronze.

 
Les cires qui ont été dotées d'un noyau (ou contre moule afin que la sculpture finale soit creuse) passent ensuite à l'atelier de fonte. Elles sont placées dans des cylindres que l'on remplit d'un mélange réfractaire. L'ensemble est ensuite introduit, pendant plusieurs jours, dans une étuve où la cire va fondre et s'écouler par les évents prévus à cet effet, laissant une empreinte "en creux". Vient alors l'étape de la coulée du bronze.

fusions6

 

 

Les adhérents de l'AM'A particulièrement attentifs aux explications d'Olivier

 
dd_fusions_patine_01.JPGLa sculpture est ensuite dégagée de sa gangue pour rejoindre l'atelier des ciseleurs et, enfin, celui des patineurs qui lui donneront son aspect définitif, selon les consignes de l'artiste, par apposition, à chaud, de sels métaliques.
 
***
 
 
morelL'après-midi, Yoan Groslambert nous a fait découvrir Léonard Morel-Ladeuil.
 Né à Clermont-Ferrand, son portrait peint par Louis Devedeux trône, en compagnie de celui de sa femme, au MARQ et quelques-unes de ses œuvres sont présentées dans des vitrines du musée ; il a fait une belle carrière de sculpteur et sera bientôt l'objet d'une exposition à Londres.
 
 
Un très grand merci à Olivier, au personnel et à la direction de l'entreprise Fusions ainsi qu'à Yohann GROSLAMBERT et à la conservation du MARQ.