Articles avec #tapis & arts textiles

Groupe tapis, bilan d'une saison

10 Juillet 2015, 20:40pm

Publié par Martine CROZE

La particularité du groupe tapis, qui existe maintenant depuis quatre ans, est de transformer en formateur chacun de ses dix huit membres. C’est ce qui fait la difficulté mais aussi la dynamique de ce groupe.
La difficulté c’est qu’il requiert de ses membres beaucoup d’autonomie, de la curiosité intellectuelle et une grande confiance dans autrui. Chacun a du, en effet, vaincre la peur d’ organiser un exposé sur une matière que l’on ne maîtrise pas encore et apprendre à le structurer de façon didactique et intéressante pour le présenter aux autres.
La dynamique c’est qu’il donne à chacun le plaisir de la recherche, la possibilité de trouver dans l’ensemble du travail fourni par tous l’élaboration d’un savoir structuré et surtout une confiance en l’autre. Chacun a, au fil du temps, trouvé un rôle et une place. L’animateur, qui veille à la bonne marche de l’ensemble, s’assure simplement du respect du programme et de la progression des connaissances. Il ne fait que réguler un dispositif démocratique d’apprentissage chez des adultes autonomes.


Le musée Bargoin offre à ce groupe un espace de travail, des conseils éclairés, des sources fiables de documentation, des pistes de travail et un appui logistique non négligeable pour les présentations. Il offre aussi, quant il le peut, la possibilité d’illustrer ce qui est dit par les tapis tirés de la réserve. C’est un soutien indispensable et l’accueil du personnel est toujours extrêmement chaleureux. Sans eux rien ne pourrait se faire !

 

La saison 2014-2015 a débuté par un voyage aux journées de la Laine de Felletin, ce qui a permis à tous, à partir de visites d’ateliers de se familiariser avec le tissage des tapis et des tapisseries (qu’il soit manuel, avec des métiers mécaniques ou assisté par ordinateur). Les techniques de teinture des laines a aussi été abordé et vu concrètement dans une des dernières filatures de la région.

 

Groupe tapis, bilan d'une saison
Groupe tapis, bilan d'une saison
Groupe tapis, bilan d'une saison

Ensuite un Vendredi par mois ,le groupe a cherché à consolider des connaissances de base sur les tapis, en privilégiant cette année encore le territoire de la Perse.
Cet ancrage dans un espace aussi riche culturellement nous a amenés à comprendre que le tapis ne représente pas un simple objet de décoration (comme un occidental pourrait le penser) mais qu’il est porteur d’une symbolique extrêmement puissante partie intégrante de la vie sociale dont il ne peut se séparer. C’est donc cet angle d’attaque par la culture qui a structuré les différents exposés de l’année. Cette symbolique a ainsi été étudiée dans les tapis de chasse et les tapis jardins, présentés avec les données philosophiques et morales explicatives. Elle a donné lieu également à un exposé sur les différents motifs qu’on peut trouver dans les tapis que ce soit le bestiaire du paradis ou les motifs floraux .
L’importance de la culture d’un peuple a été également abordée pour les tapis nomades dans une présentation de ce style de vie, de l’histoire de ces tribus ainsi que leurs traditions culturelles, les techniques et motifs particuliers apportés dans l’art du tapis .
Pour conforter ces connaissances et les amener à cerner l’ensemble des milieux de production des tapis persans, une présentation éclairante des centres de fabrication de la Perse a permis à chacun de se situer dans les cartes et de retenir les noms et lieux des tapis.

Ces données acquises ont amené ensuite les participants à se pencher sur l’étude du plus vieux tapis du monde connu (Ve siècle av. JC), le tapis de Pazyrick découvert dans la sépulture d’un chef Scythe.

Enfin pour comprendre l’expression artistique qu’est le tapis, ce qui fait son caractère et son style, l’harmonie entre les couleurs et le dessin, les membres du groupe tapis ont rencontré, au MARQ, le plasticien formateur des chevalets de l'AMA qui leur a parlé de la problématique de la couleur dans l’art pictural. Une visite du musée avec ce guide passionnant nous a amenés, en regardant les toiles, à avancer dans notre réflexion.

Groupe tapis, bilan d'une saison

C’est ainsi avec une méthode qui s'est rodé peu à peu que le groupe repartira pour la saison 2015-2016 avec un nouveau programme centré, cette fois, sur la Turquie.

Voir les commentaires

Deux tapis de prière du Musée Bargoin

29 Septembre 2008, 22:37pm

Publié par AMA

Parmi les tapis de "la Collection" exposés à l’étage du musée Bargoin au département tapis/arts textiles, des tapis de prière invitent à la contemplation. Originaires de Perse (Iran) ou encore d’Anatolie (Turquie), les compositions, les motifs figuratifs ou stylisés, les formes curvilignes ou géométriques, les couleurs et les matières se répondent.


Les tapis de prière représentent une production significative du monde islamique. Ces tapis allient le pratique et le symbolique en isolant le musulman en prière du sol, considéré comme impur, et en orientant la prière du fidèle vers La Mecque. Les cinq prières quotidiennes, un des cinq piliers de l’Islam(1), sont des prières canoniques composées de formules sacramentelles, sourates du Coran, de gestes et de prosternations qui permettent de se ressourcer et de louer Dieu. Elles peuvent être accomplies là où le fidèle se trouve, sur un tapis ou un simple carton, le corps orienté vers la Kaaba.

Il existe de multiples compositions pour les tapis dits "de prière". Le point commun en est la représentation architecturale du Mihrab dans le champ du tapis qui induit un axe de vision privilégié (à la différence des tapis à médaillons pouvant être vus de tous les côtés). Cette reproduction de la niche décorée inscrite dans le mur qibla de chaque mosquée, mur orienté en direction de La Mecque, symbolise la porte vers l’au-delà, vers le Paradis. Portail du ciel, le Mihrab est un refuge, un lieu sacré qui accueille le fidèle, le met en communication avec le divin et le fait accéder à la connaissance. Durant la prière, le fidèle se lève, s’assied, s’agenouille dans l’arche, le front posé toujours au même endroit sur le sommet de l’arc et les mains appuyées aux angles.

Caractéristique de l’Anatolie depuis le XVe siècle, cette composition à niche architecturée a connu une large diffusion dans tout l’Orient entraînant de multiples variations selon les lieux et les époques. La forme du Mihrab, agrémenté ou non de colonnettes, la présence d’une lampe de mosquée (symbole de la lumière divine), de versets du Coran, d’aiguières servant pour les ablutions rituelles ou la représentation d’autres éléments évoquant le Paradis tels que l’arbre de vie, un vase de fleurs, ainsi que la manière dont ils sont figurés, sont autant d’éléments distinctifs permettant de reconnaître telle ou telle origine.

 

 

 

 

 

Tapis de prière Ghiordès, Anatolie (Turquie), fin XVIIIe siècle.

 

Ce Ghiordès présente une niche trapue et carrée en forme de merdivenli (à degrés) encadrée en partie haute et basse d’une "planche"  rectangulaire ornée de motifs stylisés. Sur le pourtour, une bordure çubukli composée de sept rangs ornés de motifs floraux stylisés symbolise les sept marches qui mènent au paradis. Ces éléments sont typiques de la production de la ville de Ghiordès dont le tapis est originaire. La tonalité verte fait allusion à la couleur du drapeau de l’Islam, emblème du Salut pour tout musulman.

 

Tapis

 

de prière Heriz, Perse (Iran), fin XVIIIe siècle (prêt, collection privée).

 

Ce Heriz composé de la succession d’une multitude de nœuds en soie constituant le velours du tapis propose un décor curviligne figuratif, à la différence du Ghiordès aux formes beaucoup plus géométriques et stylisées. La niche finement découpée, comme bordée d’une dentelle, repose ici sur de fines colonnettes. Une lampe de mosquée très détaillée se détache sur le champ d’un bel orange brillant contrastant avec le bleu nuit de la partie supérieure.

 

 

(1) Les cinq piliers de l’Islam sont constitués de la profession de foi Chahada,c’est-à-dire l'attestation de foi de la croyance en Dieu et de la prophétie de Mahomet (témoigner "qu'il n'y a d'autre dieu que Dieu et que Mouhammad est le Messager de Dieu"), la prière (Salat), le jeûne pendant le mois de Ramadan, l’impôt annuel ou aumône (Zakat) et le pèlerinage à La Mecque (Hajj).

 

 

 


 

   Bibliographie sélective

 

ANQUETIL Jacques, Le grand guide du tapis, Hachette, Paris, 1994.

HUYGHE Edith et François-Bernard, Les routes du tapis, collection découvertes Gallimard – Arts, Gallimard, Paris, 2004.

MILANESI Enza (dir.), Les tapis. Tous les styles des origines à nos jours, éditions Solar, Paris, 1993.

Dictionnaire de l’Islam, religion et civilisation, Encyclopedia Universalis, Albin Michel, Paris, 1997.

 

Voir les commentaires